La distraction (2012, roman argentin) de Marcelo Damiani

La distraction est un roman sur l’amitié. Reynaldo Gómez, le critique de cinéma déjà présent dans El oficio de sobrevivir (2005), alter ego de l’auteur, après avoir reçu une bourse au Canada, doit encaisser la perte de son meilleur ami : Nicolas Campriglia. Peut-être à cause de cela, le protagoniste fait un parcours à travers sa relation amicale et imaginaire avec celui qu’il considère son maître: Caïn (pseudonyme après lequel se cache Guillermo Cabrera Infante). Ainsi, la narration avance, bien que non d’une manière linéaire, en s’arrêtant sur quelques moments clés de ces trois personnages et de sa relation avec le cinéma et la littérature; c’est-à-dire, avec l’univers des images et les mots, peut-être les vrais signes de l’amitié. Abruptement, un accident de moto et l’apparition d’une femme fendilleront peu à peu dans les nœuds entre le Roi et Nicolas, en menaçant même la survie de celui-ci. Parallèlement, nous assistons au monde imaginaire créé par les deux critiques, où des nouveaux personnages apparaissent, miroirs déformés des protagonistes, qui se meuvent dans des univers parallèles et peut-être symboliques dont toute relation présuppose, mais qu’elle n’arrive jamais a énoncer explicitement : l’idée de l’amitié comme un sort de foyer spatio-temporelle qui peut aussi être vu en principe comme une distraction simple. Mais l’affection qu’elle requiert et les effets qu’elle produit, cette densité unique, peut-être finissent par démontrer que l’amitié est la relation humaine par excellence, et que s’il semble que nous sommes toujours vivants, sans elle nous sommes rien, et qu’il est très possible que sans elle en réalité nous sommes déjà morts.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.