Errance(s)

                                                          

 

Journée d’études internationale

Errance(s)

7 février 2014

Université de La Rochelle

Indications de travail

Après avoir abordé la question de l’/des Amitié(s) dans le cadre d’une journée d’études, un colloque international et de trois numéros de la revue C.A.F.E (Cahiers des Amériques – Figures de l’Entre), le Groupe de Recherche les Amériques et les Figures de l’Entre (GIRAFE – affilié au Centre de Recherche en Histoire Internationale et Atlantique, CRHIA) organise le vendredi 7 février 2014 une journée d’études internationale pluridisciplinaire autour du thème « Errance(s) ».

Dans cette perspective, les lignes suivantes vous proposent une première approche de la question des figures de l’Entre et, en particulier, de celle de l’/des Errance(s).

La critique de la notion de sujet : les figures de l’Entre

« Je suis, j’existe », déclare Descartes dans sa deuxième méditation, ouvrant ainsi la voie de l’auto-conscience, et marquant par là-même le commencent de ce que plus tard on appellera le sujet moderne. Un sujet donc maître de lui-même (conscience de soi) « propriétaire » du monde (puisqu’il est également le foyer de toute représentation). Le monde est en/à lui car la représentation (du monde) est entièrement déterminée par sa subjectivité. Cependant, le moi reste une boîte noire, « impénétrable ».

En effet, Nietzsche nous apprend que pour l’homme de la représentation, la « vérité », est un objet à saisir – dans le sens que Platon donnait aux Idées –, objet qui se trouve apparenté à l’idée de Dieu. A l’époque où les hommes croyaient encore en Dieu, sa parole était la « vérité » ; dans la période de la « mort de Dieu », ce sont les ombres de Dieu qui continuent à parler et à créer des espaces de signification que l’on considère encore comme « sacrés ».

L’insensé (extrait de F. Nietzsche, Le Gai savoir, §125)

N’avez-vous pas entendu parler de cet homme fou qui, en plein jour, allumait une lanterne et se mettait à courir sur la place publique en criant sans cesse: « Je cherche Dieu ! Je cherche Dieu ! » — comme il se trouvait là beaucoup de ceux qui ne croient pas en Dieu, son cri provoqua une grande hilarité. A-t-il donc été perdu ?, disait l’un. S’est-il égaré comme un enfant ?, demandait l’autre. […] Le fou sauta au milieu d’eux et les transperça de son regard. « Où est allé Dieu ?, s’écria-t-il, je veux vous le dire ! Nous l’avons tué — vous et moi ! Nous tous, nous sommes ses assassins ! Mais comment avons-nous fait cela ? Comment avons-nous pu vider la mer ? Qui nous a donné l’éponge pour effacer l’horizon ? […] Où la conduisent maintenant ses mouvements ? […] Ne tombons-nous pas sans cesse ? […] N’errons-nous pas comme à travers un néant infini ? […] Comment nous consolerons-nous, nous, les meurtriers des meurtriers ? Ce que le monde a possédé jusqu’à présent de plus sacré et de plus puissant a perdu son sang sous notre couteau — qui effacera de nous ce sang ? […] La grandeur de cet acte n’est-elle pas trop grande pour nous ? […]. »— Ici l’insensé se tut et regarda de nouveau ses auditeurs : « […] Je viens trop tôt, dit-il alors, mon temps n’est pas encore accompli. Cet événement énorme est encore en route […] ».

Dans cet extrait, l’insensé nietzschéen cherche Dieu en même temps qu’il annonce sa mort et provoque ainsi le rire parmi les athées qui n’arrivent pas à comprendre l’ampleur ni l’importance d’un tel événement. « Je viens trop tôt », dit-il à la fin de son discours. Annonce intempestive certes, mais due à la fois au public – sourd ou athée – et à l’absence/impossibilité de « dire ». Ici, l’annonce de la mort de Dieu suppose l’effacement de tout horizon: plus de place donc pour des projets fondés sur des principes transcendants : seulement une errance… infinie.

Pour autant, doit-on déclarer que l’errance est nécessairement liée à l’instabilité et à la perte de repère ? En effet, cette vision (d’errance infinie) implique nécessairement et donc paradoxalement, l’existence d’un espace-temps de référence à partir duquel elle est pensée. Dans cette perspective, l’errance serait un ailleurs flou et mouvant, voire incohérent, et pour cette raison, souvent stigmatisé comme une manifestation de déviance ? Pourtant, peut-être est-il possible de la penser autrement ?

Face à la « mort de Dieu », nous pouvons nous demander : qu’est-ce donc que le sujet ? Qu’est-ce que l’on peut encore dire de lui ? Et où se trouve-t-il ? Ce sont là quelques questions auxquelles nous voulons nous confronter ici, mais pas – ou plus – dans une optique explicative. Nous ne cherchons pas de réponses, si ce n’est transitoirement. L’homme de la métaphysique est un sujet qui procède par phagocytage : il s’approprie et digère le monde pour le comprendre. Sa logique d’appropriation consiste à intégrer l’autre, pour l’accommoder aux catégories qui lui sont propres. Propres à ce sujet égocentrique qui ne conçoit le monde qu’à travers des concepts tout faits; comme si ceux-ci pouvaient « dire » le monde, alors que ce sont, au contraire, des concepts morts : on croit qu’ils peuvent représenter la « vérité », mais ils sont toujours les mêmes – universels –. Ce sont des concepts morts, car immuables, fixes, immobiles et inamovibles.

Deuxième figure de l’Entre : l’ (les) Errance(s)

Ainsi, pour tendre vers une compréhension de l’Entre, la figure de l’ (des) Errance(s) ouvre une possibilité autre que celle de l’ (les) Amitié(s). Face au statisme, à la momification, à la mort : l’ (les) Errance(s). Face à l’appropriation : le don. Face à l’explication : l’aphorisme. Face au sujet « identitaire » : un sujet multiple, schizophrène… errant. Face à la vérité : l’erreur (Errare).

Ici, l’errance peut aussi être conçue comme le point de départ, voire la condition, d’une ouverture vers l’inconnu et, par conséquent, vers la nouveauté, l’innovation ou le renouveau. De fait, l’errance n’est pas nécessairement définitive : elle peut n’être qu’un passage – un instant suspendu – entre deux périodes de stabilité ou même devenir porteuse de sens.

Avec l’errance, le GiRaFe pose donc à nouveau la possibilité d’une réflexion autour des figures de l’Entre. Il s’agit de sortir de la pensée unificatrice, d’une pensée centrée sur/dans le sujet et qui gravite autour de la propriété et de l’appropriation. L’objectif est d’éviter une pensée de l’identité qui veuille tout faire sienne – comme si l’identité était quelque chose d’unique et d’identique partout et tout le temps –, mais aussi de s’extraire de la grammaire qui, comme le dit Michel Foucault, nous oblige à porter un certain regard sur les choses – un regard qui est déjà configuré, formaté, confirmé, établi –.

Pour commencer ce parcours autour des errance(s) nous voulons aborder la notion dans un sens à la fois large et restreint. Large dans les multiples déclinaisons qu’elle induit. Restreint dans le contexte dans lequel elles s’inscrivent.

Ainsi, afin d’ouvrir un espace d’échange interdisciplinaire et de guider vos recherches, nous avons identifié des pistes thématiques autour de mots clefs qui, selon nous, se rapportent de près ou de loin à l’errance. Selon le principe de « l’erreur utile », ils introduisent des acceptions[1] qui sont autant de possibles pour penser, conceptualiser et problématiser l’errance – spatiale, spirituelle, intellectuelle, etc. – en fonction de la discipline et du terrain de recherche de chacun des intervenants.

Néanmoins, malgré la grande liberté dont vous disposez dans le choix des thèmes et des approches, les travaux présentés devront, pour favoriser une dynamique de travail conjointe – transdisciplinaire – et faire fructifier votre/vos errance(s), porter sur le XXème et le XIXème siècle et se référer, autant que possible, à des cas liés au continent américain.

ERRANCE(S)

Migration

Voyage

Exil

Vagabondage

Itinérance

Introspection

Inconscience

FolieDivagation

Egarement

Indétermination

Indécision, hésitation, tergiversation

Erreur

Errements

Tâtonnement, recherche, hypothèse

Lors de la journée d’études, vous disposerez de 30 minutes pour présenter votre communication qui, une fois remaniée, pourra faire l’objet d’une publication au sein de la revue CAFE, éditée par le GiRaFe.

Contact : Isabelle Marchesseau / isabelle.marchesseau@univ-lr.fr

Organisateurs : Natacha Vaisset / Diego Jarak


[1] Les définitions entre guillemets proviennent du dictionnaire du Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales (http://www.cnrtl.fr).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *