Le devenir-clandestin de l’amitié (Olivier Jacquemond)

Le devenir-clandestin de l’amitié

Olivier JACQUEMOND Enseignant-chercheur à l’ESCE

 

Dans sa présentation à un ensemble de textes choisis sur l’amitié, Dimitri El Murr mettait en garde le lecteur : « On ne fera pas ici un éloge de l’amitié. Parce que, en en faisant l’éloge, c’est déjà accepter sa catégorisation en tant que notion. Or il n’est pas sûr qu’on puisse parvenir à, ou même approcher d’une définition de l’amitié. »1 Etrange retenue, pour ne pas dire démission, d’un philosophe, devant l’amitié. Car s’il est vrai que l’amitié se définit peu aisément, faut-il pour autant renoncer à la saisir ? D’autant que l’amitié n’est pas n’importe quel objet pour la pensée, elle est, d’après Gilles Deleuze, une condition interne à la pensée. Ce qui n’est pas sans rappeler Hölderlin : « La vie de l’esprit entre amis, la pensée qui se forme dans l’échange de parole par écrit ou de vive voix, sont nécessaires à ceux qui cherchent. Hors cela, nous sommes par nous-mêmes hors pensée. »2 Penser l’amitié revient donc pour le philosophe à réfléchir sur les conditions d’exercice et de déploiement de la pensée. Et penser l’amitié, c’est d’abord tenter de la définir : De quoi l’amitié est-elle le nom ?

lire le texte complet (pdf)…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *